Paule & Michel Ehrhardt - Nature d'Alsace à 6, 8 et 1000 pattes

Chenilles - Chrysalides - Oeufs

Le papillon passe par quatre stades :

1. l'oeuf où l'embryon se développe et d'où sortira une chenille

2. la chenille qui passe par quatre à six stades larvaires, séparés par des mues. Elle se nourrit avidement de sa plante-hôte

3. la chrysalide au sein d'un cocon soyeux en forme de bourse ou au sein de feuilles réunies par un fil de soie. Chez les Rhopalocères, la chrysalide est découverte, fixée ou suspendue par un cremaster

4. l'imago émerge, déploit ses ailes par l'injection d'hémolymphe dans les nervures

La durée de chaque cycle est variable selon l'espèce et les conditions climatiques. Oeufs et chenilles sont prédatés par des oiseaux, des insectes, des araignées, et parasités par des hyménoptères. 

 

  • Cossidae

    Les chenilles sont xylophages, forant les troncs ou les branches d'arbres. Robustes, elles sont de grande taille. 

  • Crambidae

    Les chenilles sont variées et sont presque glabres. Elles peuvent être aquatiques. Certaines se nourrissent en forant des tiges des plantes, d'autres sont sur les mousses et lichens. 

  • Drepanidae

    Elles vivent sur les arbres, arbustes et ronces.

  • Erebidae

    Les chenilles de Lymentriidae ont une glande dorsale sur les segments 6 et 7. D'autres ont des pinceaux dorsaux formés de soies très serrées. On les observe sur les arbres, les arbustes et les plantes basses. Les chenilles des Arctiidae possèdent soit des soies isolées, soit des touffes de poils s'insérant sur des verrues en relief. Elles se déplacent très rapidement sur leur substrat. Elles se nourrissent de lichens, mousses, plantes basses, jamais sur les arbres ou arbustes.

  • Geometridae

    Appelée chenille arpenteuse par son mode de déplacement : n'ayant pas de fausses-pattes, elle se déplace en rapprochant la fin de son corps vers ses pattes thoraciques, formant ainsi une boucle. Au repos, elle imite parfaitement une brindille, longue et mince, passant inaperçue aux prédateurs. Alimentation variée sur arbres, arbustes, plantes basses et pour certaines Eupithécies, de fleurs et graines.

  • Gracillariidae

    Les chenilles sont appelées mineuses : elles creusent dans le parenchyme des plantes-hôtes, récupérant la sève de la plante et laissant une marque propre à chaque espèce. Elles ont le corps aplati.

  • Hepialidae

    Les chenilles se nourrissent de racines de plantes herbacées et sectionnent parfois la base des tiges de certaines plantes. Elles sont minces, de couleur blanc sale. Chez les Hépiales, la ponte a lieu en vol, les oeufs sont dispersés au hasard.  

  • Lasiocampidae

    Moyenne ou grande, la chenille est densément recouverte de soies, y compris la capsule céphalique. Les cocons ont fréquemment une forme ovoïde. Espèce phytophage. 

  • Limacodidae

    Chenilles limaciformes sans fausses-pattes : elles glissent sur un pied secrétant un mucus adhésif. Elles se nourrissent du feuillage des arbres.

  • Lycaenidae

    Chenille trapue, à tête rétractile et dont la région dorsale est fortement convexe. Le tégument est recouvert d'une pilosité fine et courte. Elle possède cinq paires de fausses-pattes munies de crochets. Les plantes nourricières sont les Rumex et les Légumineuses.

  • Noctuidae

    Famille de chenilles diverses et variées. A l'exception de quelques chenilles velues, le tégument ne porte que des soies primaires. Certaines ont des fausses-pattes réduites ou absentes et se déplacent un peu comme des arpenteuses. Il y a des défoliatrices et des terricoles.

  • Nolidae

    Elles peuvent être poilues ou glabres. Elles sont nocturnes. Les cocons sont de forme naviculaire sur les feuilles ou les rameaux.

  • Notodontidae

    Chenilles très diversifiées quant à leur aspect : certaines ont une pilosité bien développée, d'autres possèdent des soies moins apparentes. Elles se nourrissent du feuillage d'arbres et arbustes. Les chenilles des processionnaires ont des moeurs grégaires.

  • Nymphalidae

    La tête des chenilles porte fréquemment des excroissances bien développées. Certaines chenilles ont le corps orné de scoli (banderilles). D'autres en sont dépourvues mais sont munies d'un écusson anal bifide.

  • Papilionidae

    La chenille possède derrière la tête, un organe dorsal bifide et exsertile : l'osmeterium, à forte odeur de carotène servant à effrayer et chasser les prédateurs. Elle se nourrit d'Apiacées. 

  • Pieridae

    La chenille est recouverte de soies courtes. Elle est souvent verte avec des bandes longitudionales jaunes. Elle se nourrit d'arbres, arbustes ou plantes basses, souvent des crucifères ou des légumineuses.

  • Psychidae

    Les chenilles élaborent un fourreau à base de divers matériaux prélevés dans l'environnement : cailloux, sable, terre, mousse, lichen, feuilles, tiges, micro-coquilles agglutinés par de la soie. Elles agrandissent leur fourreau au fur et à mesure de leur croissance. Chaque espèce a son propre fourreau. Pour se déplacer, la chenille sort tête et pattes et avance, traînant son fourreau accroché par de la soie. La femelle imago aptère reste dans le fourreau, y pond et y meurt.

  • Saturniidae

    Chenilles robustes avec des soies s'insérant sur des scoli ou des verrues. Elles se nourrissent sur plantes basses, arbres et arbustes.

  • Sphingidae

    La chenille possède habituellement un scolus en forme de corne sur le 8e segment abdominal. Le tégument est rugueux, granuleux. Plusieurs chenilles relèvent la partie antérieure de leur corps, position évoquant le sphinx de la mythologie égyptienne et grecque. Elles se nourrissent de feuilles d'arbres ou de plantes basses.

  • Yponomeutidae

    Leur corps est blanc et est recouvert d'une double rangée dorsale de taches noires. Grégaires, elles ont une activité très frénétique même en plein jour, dans une toile aranéenne qui recouvre les rameaux de la plante-hôte. Elles minent les feuilles de la plante-hôte.

  • Zygaenidae

    Chenilles trapues, portant des verrues couvertes de soies courtes. La coloration est assez tranchée : souvent du vert, du jaune et du noir. Elles sont incomestibles. Certaines construisent des cocons parcheminés et fusiformes.